Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog du Printemps des Poètes de Limeyrat

2013 : "Les voix du poème"

, 05:18am

Publié par Printemps des Poètes de Limeyrat

2013, année impaire, la bibliothèque seule fêtait le Printemps des Poètes...

Du 18 mars au 18 mai, la bibliothèque municipale proposait l’exposition "Les dits du sable », photographies et poésie sonore

Lignes et traces... Que dit la plage... Que dit l’océan... Entre chuchotements et emportements... Entre complainte et émerveillement... Dits et confidences du sable : une exposition alliant poésies photographique et sonore. Les petites salles de la bibliothèque proposaient aux visiteurs trente photographies de fragments de plage de l’Atlantique complétées par un enregistrement de textes poétiques.

Photographies, textes et voix Josiane et Didier Ballesta

Les deux versions de l’affiche :

..

..

Le livret avec le texte écrit à quatre mains et dit à deux voix...

Le texte écrit à quatre mains, dit à  deux voix : 

 

Les dits du sable

 

il était un matin

un matin de juillet

pas un de ces matins 

lumineux et limpides

un matin gris

un matin frais

un matin venté

écrasé par un ciel tourmenté 

d'où tombait une bruine 

qui semblait immortelle

 

il était une plage

        il est une plage

une plage longue, silencieuse, perdue 

se perdant au sud

se perdant au nord

 

Une plage page

où l'océan a laissé sa laisse

 

improbables écritures

calligraphies aléatoires

révélations minérale végétale animale

traces confidences 

dits du sable

 

Au fracas de la vague, 

à la transe de l'Océan, 

répond l'inaudible suintement de l'eau calme douce obstinée entêtée

déposant ses grains de sable rouille l'un à la suite de l'autre, 

composant avec grâce et minutie l'éphémère tableau 

que sans remords la marée montante effacera

 

Non le flot n'a pas dit la détresse et la souillure

ici nul hydrocarbure 

nuls plastique, détritus ou scorie

qu'il aurait dégorgés tel un réquisitoire

comme on crache son dégoût 

à la face de l'oppresseur du tyran du tortionnaire

Il nous conte un temps d'avant, 

un temps d'avant les hommes

quand tout n'était 

qu'authenticité, 

innocence limpide

quand la musique n'était 

que le vrombissement du vent

le clapotis de l'eau rythmé 

par l'explosion de la vague 

Algue

        Varech

Algue - varech

        Goémon

Algue - varech - gémon

        Fucus vésiculeux

Algue - varech - goémon - fucus vésiculeux

        Galet

Algue - varech - goémon - fucus vésiculeux - galet

        plume

Algue - varech - goémon - fucus vésiculeux -  galet - plume

 

Désinvolte et nonchalant

tantôt glissant tantôt chaloupant

se riant des humeurs du vent

l'oiseau est passé

il a frôlé la plage

il a frôlé la page

il a lu la partition

 

Puis il est parti plus loin

chanter la chanson

 

 

Algue - varech - goémon - 

fucus vésiculeux - galet - plume

        rhyzome - bois flotté

 

Bâton poisson

Poisson bâton

dérivant depuis où depuis quand

échoué là , à  nos pieds, sur l'estran

gueule béante oeil brillant

mémoire de voyages et de tourments

pourquoi ici - pourquoi aujourd'hui

pourquoi moi en face de lui

hasard des rencontres 

parcours croisés

une autre fois un autre jour

ici ailleurs très loin 

nulle part jamais

 

 

Algue - varech - goémon - fucus vésiculeux - galet - plume - rhyzome - bois flotté 

Vent et vague - 

il était une fois - il était une voix

 

Plage qui conte

            S'installent les mots

Plage conteuse

            S'éveillent les mots

chaque fragment a une histoire

            S'ébrouent les mots

la tienne la mienne

           Se lovent les mots

celle qui m'entraîne là-bas

            S'étirent les mots

poussée par les vents et les courants

            Baillent les mots

pensée vagabondant

            Sourient les mots

entre les abysses et le nouveau continent

            S'enfuient les mots 

            s'évanouissent les mots

            S'enfuient les mots 

            s'évanouissent les mots

 

La mer s'en est allée.

Voilà  qu'elle a reflué.

            s'éteignent les mots

Elle reviendra bientôt, 

et de sa main 

de jade fluide

elle effacera spirales 

et arabesques

épissures, volutes et entrelacs 

lacis et sinusoïdes

pour, de nouveau,

en un mouvement sans cesse recommencé,

né au coeur même de la vague imprécatrice

déposer à  nos pieds sur la grève

son indicible message

problématique cryptogramme 

confidence absconse

invitation au rêve 

et à  l'oubli...

 

Plage : galerie d'art

 

        attention peinture fraîche

oeuvres délicates éphémères

tout juste achevées

        ne pas piétiner SVP

l'artiste se repose

il a bien travaillé

        dé-am-bu-ler en toute légèreté©

        se poser devant chaque tableau révélé

 

Plage : galerie d'art

 

Ici pas de mur blanc

Ni de cimaise

Galerie à  ciel ouvert

Ouvert aux quatr'horizons

Toiles offertes aux éléments

        Humidité constante

Eaux mêlées

Celles du ciel

Celles de la terre

Celles de la mer

Rugissement du vent

Grondement de l'Océan

Caresse de la vague apaisée

 

Océan plasticien

 

je crée sans regret ni remords

sans rature ni biffure

sans détour ni retour

sans calcul ni recul

sans jamais, 

non jamais 

le moindre repentir

je crée comme on jette les dés

comme jappe le chiot

comme chante l'oiseau

Le protocole en est drastique :

l'oeuvre sera aléatoire, fragile, mutante, éphémère...

aléatoire

fragile 

mutante

éphémère...

 

elle se conçoit non comme travail achevé

figé à  jamais dans l'invariabilité

dédié au conservatisme mortifère des musées

mais comme processus vivant, évolutif 

dispositif ouvert

aventure plurielle

processus vivant, évolutif 

dispositif ouvert

aventure plurielle

je la livre au vent, 

je la livre au soleil, 

je la livre à  la pluie

je la livre même aux hommes et à leurs chiens...

 

Métamorphose sera son nom

 

je l'abandonne à  la dessication

je l'abandonne aux déplacements

je l'abandonne aux altérations

je l'abandonne aux amendements

je l'abandonne aux multiples interventions

remaniements 

chamboulements

Puis, quand elle a vécu 

quand elle a fait son temps et qu'il est temps pour moi d'agir

je l'efface dans un soupir

sans nostalgie, sans amertume, sans aigreur, avec espoir et amour

et je dis : à  bientôt

 

La galerie vous accueillera

de nouveau

dans quelques heures

Possibilité de visite nocturne

particulièrement conseillée

par pleine lune et temps clair

Pour les horaires précis,

veuillez s'il vous plaît

consulter le calendrier des marées

 

Des photos de l'expo :

2013 : "Les voix du poème"
2013 : "Les voix du poème"
2013 : "Les voix du poème"
2013 : "Les voix du poème"