Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog du Printemps des Poètes de Limeyrat

2012 : les ateliers d'écriture du parcours

, 03:46am

Trois types d'écritures poétiques étaient proposés aux 17 classes visiteuses, de la maternelle à la 6e :

une écriture collective, en guise d'accueil

un atelier individuel, sur place, "C'est quoi qu'y a dans la cabane Queneau ?"

la réalisation de centons, une fois rentrés en classe, à l'aide des bribes de poèmes récoltées sur le parcours.

 

 

  LE POÈME COLLECTIF  

 le-petit-poète

 

Les structures de base :

 

Avec mes mains de Petit Poète, je peux toucher...

 

Un enfant a dit au Petit Poète : "Pour moi, la Poésie, c'est...."

 

Si j'étais un... 

 

creation-poeme-collectif.jpg 

Cyle 2 Fossemagne

 

Avec mes mains de Petit Poète, 

Je peux toucher des oeuvres d’art.

Avec mes mains de Petit Poète,

Je peux toucher les oiseaux.

Avec mes mains de Petit Poète,

Je peux toucher les nuages, le ciel et l’arc-en-ciel.

Avec mes mains de Petit Poète,

Je peux toucher la lumière du soleil, la lune et la planète Jupiter.

Avec mes mains de Petit Poète,

Je peux toucher les étoiles.

 

 

Cm1 Thenon

 

Avec mes mains de Petit Poète, 

Je peux toucher le vent, les nuages, le soleil, la lune

Et toutes les planètes de l’Univers.

Avec mes mains de Petit Poète, 

Je peux toucher la joie de vivre et le bonheur de dessiner,

Mais aussi le malheur.

Avec mes mains de Petit Poète, 

Je peux toucher l’amour et l’enfance.

Avec mes mains de Petit Poète, 

Je peux toucher l’imagination.

 

Cycle 2 Thenon

 

Avec mes mains de Petit Poète, 

Je peux toucher l’eau de la mer et l’océan

Avec mes mains de Petit Poète, 

Je peux toucher le feu et la lave des volcans

Avec mes mains de Petit Poète, 

Je peux toucher le nuage, l’air et le vent

Avec mes mains de Petit Poète, 

Je peux toucher la lumière et l’arc-en-ciel

Avec mes mains de Petit Poète, 

Je peux toucher la lune, le soleil 

Et les planètes gazeuses où on ne peut pas respirer

Avec mes mains de Petit Poète, 

Je peux toucher l’Espace et l’Univers tout entier

 

 

CM1 CM2 Chamiers

 

Un enfant m’a dit :

Pour moi, la poésie, c’est triste

Mais ça peut aussi être la joie et le bonheur.

Un autre enfant enfant m’a dit :

Pour moi, la poésie, c’est de l’émotion, de la magie, de l’amour.

Un troisième enfant m’a dit :

Pour moi, la poésie, c’est romantique

C’est la vie en rose.

Un quatrième enfant m’a dit :

Pour moi, la poésie, c’est du désespoir.

Un autre encore m’a dit :

Pour moi, la poésie, c’est de l’énergie!

 

 

Cycle 3 Limeyrat

 

Un enfant m’a dit : 

Pour moi, la poésie, c’est la vie, c’est un art.

Un autre enfant m’a dit :

Pour moi, la poésie, c’est l’enfance, c’est l’émotion, l’imaginaire, la liberté.

Un troisième enfant m’a dit :

Pour moi, la poésie, c’est la tristesse, la déception,

Mais aussi l’amour, la joie.

Un autre encore m’a dit :

Pour moi, la poésie raconte une histoire un peu irréelle.

 

6e Thenon mardi

 

Un enfant m’a dit :

Pour moi, la poésie, c’est rien,

Ce sont des mots, des paroles.

Un autre enfant m’a dit :

Pour moi, la poésie, c’est un moment de détente.

Un troisième enfant m’a dit :

Pour moi, la poésie, ce sont des rimes et des vers,

Des jeux de syllabes

Et c’est ce qu’on apprend à l’école.

Un autre encore m’a dit :

Pour moi, la poésie, c’est une histoire courte

C’est ce qui permet d’exprimer ses sentiments.

 

6e Thenon vendredi

 

Un enfant m’a dit :

Pour moi, la poésie, c’est un art

Des émotions, des sentiments

Un autre enfant m’a dit

Pour moi, la poésie, c’est une histoire merveilleuse

Une inspiration, un miracle

Un troisième enfant m’a dit

Pour moi, la poésie, c’est un moment de plaisir

Une écriture qui permet de s’exprimer librement

Un autre encore m’a dit

Pour moi, la poésie, c’est tout et c’est rien!

 

 

CM Lacropte

 

Un enfant m’a dit :

Pour moi, la poésie, c’est rigolo et c’est triste.

Un autre enfant m’a dit :

Pour moi, la poésie, c’est méchant et ennuyeux quand on doit la réciter.

Un troisième enfant m’a dit :

Pour moi, la poésie, c’est pour faire plaisir

Et exprimer ses sentiments.

Un autre encore m’a dit :

Pour moi, la poésie, c’est l’imaginaire.

 

 

MS GS Bassillac

 

Si j’étais un chaton

Je miaulerais dans la maison

Si j’étais un caneton

Je ferais coin coin et je nagerais dans la rivière

Si j’étais un lapinou

Je mangerais des carottes et des salades

Si j’étais un bébé kangourou

Je serais dans la poche de ma Maman

Et je me promènerais sans me fatiguer

Si j’étais un lionceau

J’aurais des griffes

Et je mangerais

Le chaton

Le caneton

Le lapinou

Et le kangourou!

 

 

 

 

  L'ATELIER AU SÉQUOÏA  

"C'est quoi qu'y a dans la cabane Queneau ?"

cabane-Queneau-1

Cet atelier, initialement prévu pour accueillir les visiteurs individuels en toute autonomie a pu fonctionner avec les groupes de scolaires grâce au partenariat mis en place cette année avec l'OCCE 24. Il était animé  pour une demi classe par Sam Rossi, l'animateur pédadogogique de l'OCCE tandis que Josiane et Didier Ballesta guidaient l'autre demi classe sur le parcours à la lecture des kakémonos...

Cabane-Queneau-002

Le principe ?

Prendre au pied de la lettre le poème "Pour un art poétique" de Raymond Queneau. 

 

poème-Queneau

S'emparer ensuite, en piochant dans les réserves proposées, d'un mot, de deux, de trois, ou même quatre, pour les plus gourmands...

mots-verts-bleus-roses

Enfin, mitonner son propre poème en y ajoutant bien sûr ses ingrédients personnels... 

 

Bref, en venir à écrire... Vraiment. À écrire.

 


Cabane-Queneau-003 

 

Une sélection des productions :

 

Parfois, la nuit, il y a des choses marrantes 

Parfois, la nuit, il y a des étoiles qui flambent 

Parfois, la nuit, je pleure 

 

L’inconnue 

 


Si j’étais un oiseau, je pourrais voler dans le ciel 

Si j’étais un chat je pourrais grimper partout 

Mais je ne suis qu’un petit chanteur 

Quand même c’est bien d’être un chanteur

 


 

 

Je revois 

Ma grand-mère 

En souvenir 

Je lui donne 

Une photo 

De moi 

En souvenir 

Je lui donne 

De la terre 

 

Eva Jourdain 

 

 

 

 

J’oublierai le hurlement de l’éléphant sous le pont 

qui fait caca sur l’orchestre symphonique 

 

Mathias N. 

 

 

 

 


Il arrive 

 

Il arrive parfois de ne pas se brosser les dents 

Il arrive parfois de se faire mal 

Il arrive parfois de se sentir mal 

Il arrive parfois que la lumière soit vive 

Il arrive parfois de mal écrire 

Il arrive parfois d’être en retard 

 

 

 

 

À l’instant ! 

 

Là, à l’instant, un hurlement 

Un cri au fond du puits 

Un matin, j’oublierai d’avoir la 

Main tendue pour prendre 

Mon sorbet saveur poésie 

 

Maëlle Chupeau, 6ème 4 

 


 

 

L’oiseau 

 

Si j’étais un oiseau, 

Je serais verte et violette, 

Je serais grande, 

J’aurais de gigantesques plumes, 

Je chanterais comme un orchestre symphonique, 

Je volerais au-dessus du monde, 

Et je disparaîtrais à l’horizon. 

 

Amélie RAABE 

 


 

 

 

J’ai vu un chien, qui était bleu. 

J’ai vu un homme, qui était vert. 

 

Nicolas SALON 

 


 

 

J’ai entendu le bruit d’un chat qui est à califourchon sur un cheval qui allait chercher de la crème fraîche 

pour la manger. 

 

Sammy 

 

 

 

 

J’ai un copain d’un copain d’un copain qui se souvient comment faire un poème d’amour. 

 

Rémy GONCALVES 

 


 

 

La mémoire 

 

Un jour, j’oublierai mon instrument à vent, 

Au fond du puits. 

Un jour, j’oublierai la mémoire, 

Au fond du puits. 

Un jour, j’oublierai mon instrument à vent et la mémoire, 

Au fond du puits. 

Un jour, j’aurai la maladie d’Alzheimer. 

 

Tristan SARRIMOUTOU

 

 

 

 

Qui aurait cru un jour, 

Que j’aurais classé tout ça, 

Dans un classeur, 

Au fond d’un puits, 

Ce puits profond, 

Qui m’inspirait confiance, 

Je lui ai dit tous mes secrets. 


Si j’étais à ce moment, 

J’aurais profité d’un ami, 

Un ami assez spécial, 

Mais qui ne répète rien à personne. 

C’était si magique que je m’en rappellerai toujours. 

 

Margaux MOTTIER – 6ème 4 

 

 

 

 

 

Le corridor 

 

Là à l’instant un corridor faisait un concert de soutien. 

Il soutenait un jeune homme qui devait traverser un désert, mais ce désert était infini, mais à la fin le 

jeune homme était à l’autre bout du désert. 

 

Améline 

 

 

 

 

J’ai soufflé dans un instrument à vent et j’ai entendu le cri d’un éléphant 

Je voudrais avoir une chouette. 

J’ai regardé mon calendrier et c’est le printemps des poètes. 

 

Léa THOMAS 

 

 

 

 

 

Dans mon placard à balais


Dans mon placard à balais

J’aime l’odeur de la poussière sous mon nez.

Les serpillères et les seaux ronds,

Qui jouent à saute-mouton.

Dans mon placard à balais

J’aime fermer les yeux et rêver

Penser que les bulles de savons

S’envolent jusqu’au plafond

Et s’en vont vers l’horizon de mes rêves les plus profonds.


Ambre 6ème 4

 

 

 

 

Aimer 

J’aime ma mère 

J’aime mon père 

C’est la vie 

Qui aurait cru ça 

C’est moi

 

Antoine Ortega

 

 

 

 

Au fond du puits

il arrive parfois

qu'il y ait une piste


Lorys

 

 

 

 

J'ai entendu un bruit d'un chat

Qui est à califourchon sur un cheval

Qui allait chercher de la crème fraîche pour la manger


Sammy

 

 

 

 

 

J'ai rêvé de toi toute la nuit

 

 

Je t'attendais pour rêver avec toi


Jérémy

 

 

 

Je voudrais que ma ville soit des poèmes

Comme dans mon pinceau coloré

Latifah

 

 

 

   

 

Dans ma boîte à secrets

Dans ma boîte à secrets

il y a plein de coquillages pour quand je vais à la mer.

Dans ma boîte à secrets 

il y a des mots qui me sortent de la tête.

Dans ma boîte à secrets

Il y a plein de bijoux pour les jours de fêtes.

Cassandra

 


 

             Je voudrais

Je voudrais de l'or, pour être riche.

Je voudrais l'amour, pour être amoureuse.

Je voudrais l'herbe, pour aimer la nature.

Je voudrais une maison, pour habiter.

Estelle

 

 

 

Pour l'intégralité des poèmes de la cabane Queneau, publiés par l'OCCE 24, cliquez ICI.

 

 cabane-Queneau-004

Les enfants offrent leur poème pour dégustation...

 

Des adultes aussi ont mitonné leur petit poème...

 


 

 

Il arrive parfois

qu’un joli plumier d’école

se transforme

en un labyrinthe coloré

 

Perrine

 

 

Dans la lumière vive de l’aube 

J’ai vu un kangourou faire du cirque 

Avec son cerceau 

J’ai senti qu’il était heureux 

 

Hélène Devaud  

 

 

 


  LES CENTONS  ou "À LA MANIÈRE DE..." 

a-Centons

      Merci aux écoles de Chamiers et de Limeyrat pour ces retours...

Le cœur

 

Au cœur même de la mer

Au cœur même du soleil

Au cœur même de la forêt

Au cœur même de la montagne

Une plume de mouette

Se posa sur le cœur de la Terre

 

Justine

 

 

 

Un papillon

 

Sur une perle de rose

Un papillon se posa et dit

"J'aimerais bien me poser sur le sol brûlant"

 

Sur le sable brûlant, il dit

"J'aimerais bien revoir Mistigri le chat"

 

Après avoir revu Mistigri, il resta avec lui

 

Latifah

 

 

 

 

 

 

Mon univers

 

Mon univers,

Il est grand.

Mon univers,

Il est mon âme.

Mon univers,

C’est mon pays.

Mais surtout,

Mon univers,

C’est ma vie,

C’est moi,

Un enfant de Bagdad.

 

Juliette Guy-Prudhomme

 

 

 

 

Parfois la nuit

 

Parfois la nuit les étoiles brillent.

Parfois la nuit je rêve.

Parfois la nuit j’ai peur.

Parfois la nuit la lune est pleine.

Parfois la nuit je tombe de mon lit.

Parfois la nuit je regarde la télé.

 

Thomas Moity

 

 

 

Les trois enfants

 

J’ai vu trois enfants.

Pour savoir qui monterait dans l’arbre en premier.

Un jour je suis revenue,

Et j’ai vu un enfant couché au sol.

L’autre enfant m’a dit : « Il est tombé de trois mètres. »

Deux semaines plus tard j’ai été voir à l’hôpital.

Il était en fauteuil roulant

Puis m’a dit : « J’aurais dû faire attention. »

 

Léa Thomas


Petit coq

Petit coq petit coq avec des couleurs bleues et mauves.

Petit coq petit coq avec des couleurs il se promène dans les bois.

 

Mathis Verneuil

 

 

 

Un enfant qui aime les saisons

 

Qui aurait cru que cet enfant était à califourchon

Et cet enfant orchestre symphonique.

Une maison de toile et un tapis volant à la crête d’or.

 

Eclairé par le soleil toute la journée

Sur la portée du vent.

L’enfant écoute le merle,

Qui dépose ses perles.

 

Salah cherche son secret dans les ruines.

Cette émotion au cœur de mon être.

Quelle différence il y a entre le rouge et le rose ?

Il n’y a que de l’amour.

 

Céliane Groléaz, Emelyne Vermote et Pauline Lamouret

 

 

 

Le petit peintre

 

À Bagdad il y a un enfant

Un seul enfant

Le petit peintre

 

Il approchait, écoutait

À l’autre bout du fil d’un cerf-volant.

 

Il avait dessiné sa maman et son papa,

En train de tremper leurs doigts.

 

Charline Faucher, Nicolas Salon, Guillaume Charier et Lucie Pluvel

 

Grandeur

 

J’ai 9 ans,

J’ai lâché la main de maman il y a assez longtemps.

J’ai 15 ans,

Je prends le bus pour aller travailler.

J’ai 20 ans,

J’ai passé mon permis depuis deux ans.

J’ai 30 ans,

Je suis marié depuis trois ans.

J’ai 64 ans,

Je suis à la retraite depuis deux ans.

J’ai 80 ans,

J’adore jouer avec mes petits-enfants.

J’ai 84 ans,

Je joue au sudoku tous les jours.

J’ai 87 ans,

Je reste à la maison tous les jours.

 

Alban Van Hulst

 

 

 

Infini

 

Infini comme l’abeille ouvrière

Et comme le miel de mon enfance

Mémoire aux eaux mêlées

N’en voyant pas la fin.

 

Eloïse Huguet

 

 

 

Un arc dans le ciel qui marque son territoire

Avec le bout de la flèche qui tire en mille étoiles

Des flèches qui sont éparpillées comme du papier

Qui s’envole fusée et décollera dans 3 milliards d’années.

 

Loïc Capron

 

 

 

 

 

Sous un tapis de bombes

 

Sous un tapis de bombes

Son fleuve, son ciel

Cherche pieds nus dans les pierres.

 

J’ai trempé mon doigt dans la confiture

Puis je l’ai sucé, sucé

À la crête d’or.

 

Sur le sol en ciment

Nous faisons notre tout premier baiser

N’en voyant pas la fin.

 

Jérémie Thibault

 

 

 

L’enfant arabe

 

Des sourires sucrés,

Une plume qui gratte le papier,

Un enfant arabe.

 

Cet enfant arabe dessine,

Dessine un drapeau,

Il le regarde avec de grands yeux couleur ciel.

 

Il est pauvre,

Mais a bon cœur,

C’est un enfant de ce monde.

 

Amélie Raabe

 

 

 

Décombre d’incendie

 

Sur le sol, une balle

Un enfant marche au lointain désespoir sans but,

Il va vers l’infini sans voir le chemin qui s’y trouve.

 

Gabin Puybaraud